Conseils VTT

Découvrez mes conseils avant de finaliser votre choix pour l'achat d'un VTT.

Vous pratiquez le VTT de façon assidu ou en mode loisir, suivez mes conseils.
Avec le foisonnement des modèles et des marques, acheter un VTT n'a jamais été aussi simple... et compliqué !
Puis viendra l’heure de déterminer la marque en fonction de sa légitimité dans le domaine du tout-terrain, de recourir à un achat d’un VTT neuf ou d’occasion dans un magasin avec pignon sur rue ou via une boutique en ligne, de vérifier les garanties et le SAV… le tout dans un budget donné !

Si nous savons tous pédaler sur un VTT, nous ne savons pas tous en tirer la quintessence.

Par définition, le VTT incarne la liberté de pouvoir pédaler sur tous les terrains, sans autre barrières que celles que l’on s’impose.
Une envie de se promener en forêt, de parcourir la petite voire moyenne montagne, de jouer les casse-cous sur des tracés techniques ou des descentes etc., tout est possible ou presque au guidon d’un VTT, joueur par nature.
Bien entendu, cette pratique est avant tout destinée à se faire plaisir, comme une sorte de cure de jouvence. Mais ce plaisir ne peut qu’entraîner progressivement le désir de se dépasser, de se perfectionner voire de s’étalonner face à la concurrence.
Comme l’on apprend à faire du vélo dans sa prime jeunesse, on apprend également à rouler en VTT.
Parler d’apprentissage, c’est s’assujettir à répéter les bons gestes et à adopter une bonne position avec son corps.
Laissez le temps au temps, car la progression sera parfois semée de difficultés. Mais au final, la cure de jouvence ressentie vaudra bien tous les efforts consentis.
Alors certes le VTT, dans sa définition première, s’adresse à ceux qui veulent sortir des sentiers battus et laisser libre cours à leur esprit de baroudeur.
Mais cette exigence a également le revers de sa médaille, et avant la liberté vient le temps de la réflexion.
Il existe plusieurs types de VTT sur le marché, voici les principales pratiques, le XC Cross Country, l’Enduro, le All Mountain, la descente ou DH, le Dirt.
Vous cherchez à déterminer le VTT qui permettra une évolution de votre pratique sans avoir à acheter un nouveau modèle chaque année alors il faut de suite assimiler que plus le poids de l’équipement est léger, plus le VTT coûtera cher à l’achat et à l’entretien.
Ensuite, réfléchissez à qui vous allez donner votre argent, car voilà comme ce divise le prix d’un VTT : Il y a le cadre + l’équipement + les conseils du vendeur + le SAV et services d’entretien + la garantie.
Attention à bien choisir le bon cadre Une sortie en VTT dure en moyenne quelques heures, il faut donc choisir un VTT qui vous offre la position la plus confortable, il sera ensuite de chercher à avoir une position plus sportive.
Si vous débutez en VTT, quel VTT choisir Pour un niveau de pratique moyen, le cadre que l’on conseille est un cadre nerveux retransmettant directement la puissance à la roue.
On sera attentif sur le niveau de finition des soudures, et de la peinture ainsi que la durée de garantie du cadre.

Choisir un VTT semi-rigide ou tout suspendu ?

Tout dépend de votre budget et du confort que vous recherchez, car les deux types de VTT présentent des avantages.
Si votre choix se porte sur un VTT tout suspendu, vous pourrez rouler sur des terrains escarpés et techniques comme des descentes, vous obtiendrez aussi un meilleur confort, mais le prix des VTT tout suspendus sera plus cher.
Un VTT semi-rigide ne dispose que d’une fourche à l’avant ce qui le rend plus nerveux et surtout moins cher à l’achat. Vous pourrez en outre comparer les modèles des plus grandes marques, et trouver les meilleures offres de VTT de fin de série en déstockage.

Un VTT ne se choisit pas au hasard.

Il existe désormais toute une gamme de VTT qui sont différents techniquement les uns des autres en raison des différentes pratiques de ce sport et surtout des différentes manières d'utiliser un VTT.
Une balade en forêt en famille ou une descente de montagne implique d'avoir un VTT adapté en fonction de ses moyens et de ses besoins. Avant d'acheter votre VTT, fixez-vous un budget car il est très facile d'acheter un VTT dont vous n'utiliserez jamais tout le potentiel.
Par contre, vous aurez le plaisir de rouler sur du matos haut de gamme.
On peux définir 3 catégories de VTT : VTT Loisir Le VTT de loisir, pour une utilisation polyvalente de votre vélo car il servira aussi bien à aller chercher le pain que faire une randonnée en campagne. VTT cross-country Le VTT cross-country ou XC, pour les pratiquants du VTT sportif et qui ont besoin d'un VTT fiable et assez léger.
Le VTT de descente, freeride ou encore enduro qui sont des VTT techniquement très évolués avec des suspensions à l'avant et à l'arrière pour absorber les chocs produits par les sauts et autres obstacles. Attention aussi si vous achetez un VTT haut de gamme, car les coûts d'entretien de votre vélo et le niveau technique de pilotage demandé par ce type de VTT est important.
Pour choisir la taille du cadre de votre VTT, il suffit de prendre quelques mesures et de les donner ensuite à un spécialiste ou un responsable de magasin qui sauront vous conseiller sur la bonne taille de cadre en fonction de votre morphologie.
Si votre budget vous le permet, essayez de trouver un VTT léger, car un poids de 15 kg est le maximum sinon il sera moins maniable et les côtes demanderont des efforts plus soutenus.
Prévoir un budget entre 400 et 800 euros pour avoir un VTT de qualité qui sera costaud et fiable au niveau de ces pièces et de sa transmission.
Attention en dessous de 200 euros, vous achetez un VTT qui ne pourra pas vous donner entière satisfaction sur la durée ou si vous désirez faire de la compétition.

Dépannage de votre VTT.

Malgré votre sérieux en matière d’entretien, vous ne pouvez pas être à 100% certain que vous êtes à l’abri d’un incident mécanique lors d’une sortie, d’autant que vous ne pouvez pas contrôler les éléments extérieurs…
Dans la très grande majorité des cas, cette « panne » peut être réparée sur place, à condition bien entendu d’avoir emmené un minimum d’outils dans son sac à dos, sacoche de selle ou de cadre.
Surtout ne placez aucun de ces objets dans vos poches, car cela pourra être dangereux en cas de chute !
Bien sûr, on est toujours récalcitrant à se charger outre mesure tant que l’on n’a pas vécu la triste expérience d’une galère…
Cet outillage se constitue d’un kit de base, comprenant une mini-pompe, une chambre à air, un démonte-pneu, une trousse multi-outils (pinces, clefs, tournevis etc.), une clé à rayons, un nécessaire anticrevaison (colle et rustines), un dérive-chaîne et un maillon attache-rapide.
Les plus avertis y adjoindront une cartouche de CO2, des élastiques, des colliers Rilsan, des courroies de cale-pied, du fil de fer et/ou ruban adhésif.
Haut de page