Fonctionnement fourche VTT

Une fourche VTT est plus ou moins progressive et rapide

Désormais, les fourches à parallélogrammes déformables des débuts du VTT dans les années 1990 ont disparu pour laisser place aux fourches dites télescopiques. Leur fonctionnement est relativement simple.

Un ressort situé dans les fourreaux est comprimé lors d’un choc puis se détend par système d’amortissement pour permettre de replacer lesdits fourreaux en position originelle. Selon la fourche choisie, cette compression est plus ou moins progressive et rapide.

Inutile de préciser qu’en l’absence de cette suspension, vous risqueriez de réaliser de belles cascades voire de faire rencontrer vos maxillaires avec le guidon… Il existe différentes quatre grands types de ressorts dans les fourches, correspondant à des utilisations spécifiques.

Le ressort pneumatique est le plus utilisé, car faisant office sur les VTT de cross-country qui sont les plus nombreux sur le marché. La dureté du ressort dépend en fait de la pression contenue dans une chambre à air, ce qui favorise la légèreté du système.

Le ressort hélicoïdal est davantage présent sur des VTT destinés à des pratiques plus engagées comme la descente ou le freeride. Il est constitué d’un fil d’acier en spirale, et permet une compression plus progressive.

Le ressort élastomère a lui disparu des radars, ou alors vient compléter les deux systèmes précédents.

La plupart des fabricants mixent ces trois solutions, ce qui permet d’ajuster la suspension selon la force du choc et d’éviter le talonnage (arrivée en butée sur l’amortisseur).
Il en résulte ce que l’on appelle le débattement, à savoir la longueur maximale des plongeurs entrant dans les fourreaux.

$category