Géométrie cadre VTT

La géométrie du cadre sur un VTT est très importante au moment de l'achat

La géométrie du cadre sur un VTT conditionne en grande partie le comportement (maniabilité, rendement, stabilité) de ce dernier, en relation avec la répartition des masses et de la position de l’utilisateur.

Même s’il a procédé à une mini-révolution dans le monde du cycle, un VTT demeure à la base un vélo. Il comporte donc deux triangles à l’avant et à l’arrière. Ce qui caractérise en premier lieu un cadre VTT, c’est l’inclinaison de son tube supérieur sur l’arrière.

On parle donc de cadre « sloping » (incliner en anglais), qui permet à la fois de rigidifier le triangle avant, de faciliter le pilotage tout en permettant un dégagement rapide des jambes. Idéal pour les passages difficiles qui ne sont pas rares en VTT.

Un cadre VTT est composé des éléments suivants :

- Tube supérieur : Il sépare la tige de selle de la douille de direction. De sa taille dépend celle du cadre. Plus il est court, plus votre position sur le VTT sera redressée, idéale pour de la randonnée. Plus long, la position du pilote s’allonge pour des pratiques plus engagées.

- Bases arrière : Il s’agit des tubes reliant le pédalier à l’axe de la roue arrière. De leur longueur dépendra le comportement du VTT. Courtes, elles offrent vivacité mais perdent en stabilité et motricité. Plus longues, elles favorisent le confort, les soubresauts du terrain sur la roue arrière étant plus éloignés. Leur longueur oscille entre 425 et 435 millimètres.

- Tube de selle : Si sur un vélo, sa longueur détermine la taille d’un cadre, elle n’a pas la même importance sur un VTT du fait de la géométrie sloping. En revanche, son inclinaison est essentielle.

- Angle du tube de selle : Il est communément compris entre 70 et 75 degrés. A 70 degrés, l’angle déplace de facto le pilote vers l’arrière pour une plus grande stabilité et motricité. Relevé à 75 degrés, il favorise la maniabilité.

- Tube oblique : Il relie le pédalier à la douille de direction. Plus que sa longueur, c’est surtout sa solidité qui prime car il se trouve au centre des zones dites de contraintes entre poids du VTTiste et impacts ressentis par la roue avant.

- Douille de direction : Ce petit tube conditionne la rigidité du cadre, se trouvant à l’épicentre du pivot de la fourche et du jeu de direction ; mais également l’angle de direction suivant son inclinaison. De sa longueur dépend la hauteur du poste de pilotage et donc la position de l’utilisateur.

- Angle de direction : Il conditionne le comportement du VTT. Supérieur à 70 degrés, il en résulte une plus grande maniabilité pour les passages techniques et les changements de trajectoires. En dessous de 70 degrés, il renforce la stabilité dans les phases descendantes.

- Boîtier de pédalier : Mis à rude contribution en termes de contraintes, il doit se montrer rigide pour supporter la pression exercée lors du pédalage. De sa hauteur dépend la garde au sol, élément déterminant pour la stabilité du VTT.

- Garde au sol : Elle se mesure entre le sol et le boîtier de pédalier. Plus elle est petite, meilleure sera la stabilité du vélo du fait d’un centre de gravité bas. A contrario, plus la garde au sol est élevée, moins le grand plateau et les pédales risquent de buter contre des obstacles…

- Empattement : Il correspond à la distance entre les moyeux avant et arrière, axes des roues du VTT. Grande, elle favorise la stabilité et le pilotage. Plus ramassée, elle sert la réactivité et la maniabilité.

- Haubans : Ils servent à assurer la rigidité du triangle arrière du VTT, reliant la tige de selle à l’axe de la roue arrière ; mais également le confort.

$category