Alimentation dans un col

Vos muscles auront besoin de plus d’énergie dans la montée d'un col

Quel que soit le temps, les efforts fournis dans la montée d’un col se transforment en une véritable fontaine de… sueur !

Votre organisme, par mécanisme, rejette le trop plein de chaleur de votre corps en secrétant un liquide biologique secrété par les glandes sudoripares.

Il va en résulter au fur et à mesure de l’effort une déperdition en eau, qui devra être compensée par une hydratation régulière.

Celle-ci sera doublée par rapport à un effort en plaine, aussi prévoyez en conséquence.

Question alimentation, là aussi votre corps aura besoin de plus d’énergie au regard des calories que vous allez brûler. En haut des cols, dans les descentes ou sur des zones plus plates, profitez-en pour vous alimenter.

En montagne, on évoque régulièrement la fringale, à savoir un taux de glucose trop bas dans le sang.

En être victime est absolument terrible. Sans jus, on n’avance plus. Une fréquence cardiaque qui évolue en est le signe annonciateur, aussi restez attentifs.

La veille du départ, consommez des sucres lents, pâtes de préférence.

Sur la route, gâteau de riz, pain de mie et jambon seront les bienvenus en première moitié de parcours, puis des éléments sucrés.

$category