Compteur vélo

Utiliser un compteur vélo pour mesurer et contrôler sa vitesse

Comme son nom l’indique, un compteur sert avant tout à compter. Vitesses (moyenne et/ou maximale), kilomètres parcourus, cadence cardiaque ou de pédalage, dénivelés etc. sont autant de données à même de permettre au cycliste de mesurer ses propres performances.

Au-delà de ses éléments, il donne également à l’utilisateur des informations utiles pour constater de ses progrès, voire pour se bâtir un programme d’entraînement spécifique pour travailler ses points faibles.

A l’instar d’une balance pour surveiller son poids, le compteur est également un allié précieux, constituant une source de motivation. Pour recueillir toutes ces données, un aimant est positionné sur les rayons du vélo.

Par impulsion, les informations collectées sont transmises à un capteur situé sur la fourche, qui lui-même envoie par signal cette collecte au compteur. Ce mini-ordinateur de bord analyse et compile les données en temps réel pour les restituer via son écran fixé sur le guidon ou au poignet du cycliste.

Aujourd’hui, les modèles les plus pointus présentent une multitude de données, notamment un équipement GPS pour se guider dans son itinéraire et même télécharger ses parcours préférés ; ou encore une liaison informatique pour analyse via logiciel des données.

Désormais, ces modèles se déclinent tous ou presque en mode sans fil grâce à des fréquences analogiques ou numériques. Cryptées, ces dernières évitent ainsi les perturbations parasites des portables ou des compteurs de vos camarades de sortie.

Les données sont donc certifiées fiables, et les câbles disparaissent.

Question prix, les premiers compteurs de vélo sont accessibles à partir de 15 euros, les modèles haut de gamme offrant toutes les fonctionnalités possibles avoisinant eux les 250 euros.

$category